Prendre soin de soi

Quel étrange nouveau jeu.
Je pensais bien naïvement que cela allait de soi, il suffisait de faire de l’exercice, de manger
correctement, de s’accorder des moments de plaisirs, et de repos. J’allais découvrir que cela demandait
quelque chose de nouveau, et que c’était un tout nouveau parcours de bonne santé qui allait m’être
demandé.
Alors prendre soin de soi cela demande d’abord et avant tout de convenir que j’ai sans doute beaucoup
à apprendre de ce côté.
Prendre soin de soi c’est d’abord se mettre à l’écoute de ce corps que je suis une écoute attentionnée et
bienveillante, pour sentir non pas ce qu’il faut faire pour répondre à des critères de bonne santé, mais
entendre de quoi a besoin ce petit corps. Cela demande un petit temps de silence et d’écoute de ce corps
pour sentir les choses. Ainsi hier quand je me posais cette question, c’est vers mes pieds que j’ai été
emmené, ces pieds qui me portent depuis si longtemps, comme je les ai négligés. Alors j’ai juste pris
soin de mes pieds, c’est trois fois rien mais pour eux c’était tout et c’était bon.
Ensuite prendre soin de soi c’est aussi prendre soin de son intériorité, d’entendre – surtout en ce
moment – ces petites douleurs qui m’habitent, mes peurs, mes révoltes, mes tristesses. Et en percevoir
la nature en écoutant ce que tout cela a à me dire. Ainsi me suis-je trouvé avec cette angoisse de la
maladie, comme une punition, parce que je n’avais pas accompli ce que j’avais à accomplir
aujourd’hui. Comme ce petit garçon que j’étais il y a bien longtemps (mais est-ce si loin que cela ?).
Mon Dieu comment ne pas être touché de cette « pression » de devoir, et être touché au point de
pouvoir entendre le besoin de légèreté qui habitait cette âme d’enfant, encore présente chez l’homme
d’aujourd’hui. Alors ce texte que je vivais comme un devoir à faire c’est mis à couler de Source.
Et puis enfin prendre soin de mon être essentiel, de ce qui donne sens à ma Vie sur cette Terre, c’est
ouvrir la porte à ce qui fait ma vie d’homme de foi. Et que l’on ne s’y trompe pas, cette foi peut être de
n’importe quel bord entre le philosophique et le religieux, pourvu qu’elle recherche une certaine
sagesse et une Paix profonde avec soi et avec les autres. Là aussi un temps d’arrêt pour entendre ce que
ma vie d’homme de foi appelle au plus profond et chercher cette source d’Inspiration intérieure qui
guide mes actions au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *